Statue Déblé-Sénoufo, représentant une jeune femme debout, nue, les jambes légèrement fl échies émergeant d’une haute base cylindrique. Cette sculpture servait à marteler le sol lors des danses de funérailles. Les bras sont détachés du corps, les mains posées ouvertes sur les hanches. La tête importante est surmontée d’une coiffe en cimier gravé de fi nes lignes parallèles, les oreilles en demi-lune, la bouche légèrement entrouverte dessine avec l’arc des sourcils une forme de coeur. Les yeux sont mi-clos. Le bois très dur a été teint en noir, des rehauts d’ocre rouge et de blanc ont été pratiqués par les utilisateurs. La patine d’usage des bras atteste que cette sculpture a été utilisée pendant quelques décennies. Ce « DEBLE » a été publié dans l’ouvrage de Gottschalk (op. cit.) où il est reproduit avec deux autres statues attribuées au sculpteur Ngolo Pili (né vers 1870, décédé vers 1950) du village de Dymitene. Le lot n° 76 de la vente Vérité est probablement de cette même main. Bibliographie : Burkhard GOTTSCHALK. Senoufo-Massa et les statues du poro. Düsseldorf. Editions Africa Incognita 2002 – pages 165 à 167. Ancienne collection Simon ESCARRE (collectée vers 1950), Hauteur 118 cm.      Vente 6 novembre 2011, 102 000 €