« Une jeune fille, vierge et mère à la fois, tenait sur son sein virginal son propre enfant qu’elle savait Dieu et homme ; et lui de ses tendres mains embrassait la poitrine sacrée de la vierge ; et elle de ses bras bienheureux, enveloppait le petit corps de son fils, lui tout en buvant levait les yeux avec bonté vers le visage de sa mère ; elle, inclinant sa sainte tête, regardait avec dévotion les yeux de son enfant. » – Saint Albert
La vierge devient semblable à toutes les mères du monde. La sedes sapientae de l’époque romane qui avait donné aux hommes la divine sagesse de Dieu s’humanise peu à peu.

Vierge allaitante. 
sculpture en rond bosse polychrome et
or. L’enfant jouant avec le sein
renforce l’émotion du rapport
charnel entre la mère et l’enfant.
Le manteau présente des plis
vigoureux avec une polychromie
très riche. Picardie, XVe. H. 120 cm.
Vente janvier 2011, 16 100 €