Retourner à la liste

Lot : 37

Ser Ricciardo di Nanni. DAVID LE PSALMISTE, dans une initiale « L », sur une feuille d’un MANUSCRIT ENLUMINE SUR VELLUM Florence, Fiesole, vers 1460. Dium. 51×38,5 cm à vue (feuille), 11,5×12 cm à vue (corps de l’initiale). Cette initiale a ouvert la section du Psaume 118 à dire à terce le dimanche, Legem pone mihi domine viam iustificationum tuarum (Set before me for a law the way of thy justifications Oh Lord), dans un Psalter ferial et Hymnal. L’exécution svelte et les grands yeux caractéristiques montrent que cette initiale et sa bordure sont un bel exemple de l’ouvre de Ser Ricciardo di Nanni, un prêtre qui a vécu à Castelfiorentino de 1430 à 1480 et dont le travail en tant qu’elumineur est documenté à partir de 1449. Il est particulièrement favorisé pour l’illustration de textes classiques de Piero et Giovanni de’ Medici. Mais c’est une commission entreprise sous le patronage de leur père Cosimo de Médicis qui a une plus grande importance pour la feuille actuelle. De février 1461 (n.s.) à avril 1462, les paiements enregistrent le travail de Ricciardo, avec deux assistants, sur des cahiers de chours pour la Badia — l’abbaye augustinienne — de Fiesole. Les paiements précisent que son travail comprenait l’illumination dans Antiphonals, et d’un Psalter: E. Landi,  » Je corali medicei della Badia Fiesolana. I: Je documenti; II: Le miniature de Francesco d’Antonio e di Ricciardo Nanni, Prospettiva, VIII et X, 1977, 7-17; 31-39. Quatre de ces livres de chour sont maintenant dans l’Archivio del Capitolo di San Lorenzo à Florence. La correspondance dans le style entre les initiales de Ricciardo dans ces manuscrits avec la feuille actuelle établit avec une quasi-certitude son origine dans le Psalter Badia: voir aussi une autre exemple avec une autre feuille détachée avec un A en initiale avec deux saints masculins anciennement dans la collection Breslauer, W. V&elkle et R Wieck, La collection Bernard H. Breslauer d’illuminations manuscrites, 1992, n ° 82. Modification intéressante du texte qui démontre l’influence de la pensée humaniste à Florence, même sur les livres de service religieux. L’orthographe latine médiévale, déplorée par Poggio Bracciolini comme  » nefas et sacrilège « , a été corrigée et le  » michi  » original a été méticuleusement changé en  » mihi  » classiquement correct. Nous sommes reconnaissants à Consuelo Dutschke pour cette observation.

Estimation : 35000/40000€


Demande d’informations sur ce lot

Demande d’informations sur ce lot

En cliquant sur Envoyer, vous acceptez notre politique de confidentialité
Lot 36Nativité enluminée à la manière du Maitre de l
Lot 38Antiphonaire. Feuillet avec initiale ornée, issu

Pour rester informé
de l’actualité de l’étude Prunier

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER...

Newsletter